New Philanthropy Capital est un think tank anglais qui produit des travaux pour les associations caritatives, les ONG et les professionnels du développement, afin d’augmenter l’efficacité de leurs actions.

Parmi ces productions, j’ai parcouru Impact Networks, Charities working together to improve outcomes (.pdf), publié en février 2011.

L’étude s’intéresse aux pratiques de collaboration entre les associations et propose un cadre de réflexion pour comprendre comment les activités d’organisations distinctes sont liées les unes avec les autres.

L’idée est de montrer en quoi une meilleur connaissance des liens entre les organisations caritatives permet de mener des activités plus efficaces.

Voici quelques points clés de l’étude.

Contexte

Les associations caritatives ont des difficultés à boucler leur budget, elles sont toujours plus en compétition les unes avec les autres et les subventions au secteur maigrissent au fur et à mesure que les déficits gonflent.

Des associations mettent la clé sous la porte (cf. EMDH) ou mettent fin à certaines de leurs activités. Ces difficultés ne doivent pas empêcher ces organisations de mener une réflexion sur la manière de travailler avec d’autres organisations, au sein de ce que les auteurs appellent un « réseau d’action » (impact network).

Qu’est ce qu’un réseau d’action ?

Les organisations caritatives existent pour soulager les populations vulnérables. Toutefois les problèmes rencontrés sont multiples et la réponse à ces problèmes passe par plusieurs activités. Ces activités étant menées par des organisations distinctes, la notion de réseau d’action permet de souligner l’importance des liens entre les organisations.

Un réseau d’action est un ensemble d’activités menées par des organisations distinctes et qui ont des conséquences positives pour les bénéficiaires.

Voici par exemple une carte qui met en relation les besoins des bénéficiaires (à gauche), les services proposés par la Croix Rouge de Nottinghamshire (au centre) et l’ensemble des services proposés par tous les intervenants de l’aide social du comté (à droite).

Si la Croix Rouge met l’accent sur « Emergency response social care », on remarque que de nombreuses activités menées par d’autres organisations participent de la réponse.

Le réseau d’action de la Croix Rouge illustre l’implication de nombreux acteurs (public, privé et bénévole) qui se pensent souvent comme des entités distinctes et séparées. L’absence d’un des acteur de la chaine dessert le service rendu au bénéficiaire, la duplication d’activités également.

En quoi les réseaux d’action sont-ils importants ?

Comprendre ces réseaux peut améliorer le travail des organisations caritatives de trois manières :

  • Les organisations qui connaissent leur réseau d’action peuvent plus facilement créer des liens avec les activités d’autres organisations.

Les organisations peuvent partager, co-construire ou aligner leur stratégie avec celles d’autres acteurs. Elles peuvent coordonner leurs activités (travailler de manière synchrone) sur le terrain, voir collaborer (travailler ensemble).

Les relations tissées entre les organisations peuvent l’être au travers de structures informelles et souples qui ne nécessitent qu’une communication régulière. Les wikis, blogs, facebook ou twitter offrent les fonctionnalités nécessaires pour ces structures (document partagé, profil d’utilisateur, outil d’édition, de publication et de conversation).

On imagine que ces liens se tissent notamment à travers ces outils, de manière spontanée, sans que l’organisation n’en ait conscience.

Les liens peuvent aussi se traduire par un rapprochement de structures mais l’expérience montre que ces relations se tissent beaucoup plus facilement entre individus qu’au niveau des organisations.

  • Les organisations qui connaissent leur réseau d’action peuvent identifier des faiblesses du réseau et prendre des mesures pour renforcer ces points faibles.

Le renforcement de ces capacités peut passer par le financement ou la mise à disposition de ressources permettant de renforcer les points faibles du réseau, la prise en charge de ces activités par un des acteur du réseau ou l’appui à d’autres organisations qui pourraient offrir leur soutien.

  • Les organisations qui connaissent leur réseau d’action peuvent allouer des ressources de manière à éviter la duplication d’activités, ou afin de fournir des ressources à une autre organisation, mieux placée pour mener ces activités.

Une organisation mesure les résultats de ces activités en les comparant les unes avec les autres. En étendant cette comparaison au réseau d’action, l’organisation peut identifier quelles activités pourraient être menées par une autre organisation avec plus d’efficacité.

Travailler au sein d’un réseau d’action

Le rapport met en évidence un certain nombre de freins à l’avènement de ces réseaux d’action. Les principaux sont le temps à passer pour établir et appuyer cette méthode collaborative, le besoin de confiance entre individus et organisations, le passage à une culture du résultat plutôt qu’une culture de préservation de l’existant.

Source :

Similar Posts: